ASSOCIATION SPORTIVE DES PORTUGAIS DE CHATELLERAULT : site officiel du club de foot de CHATELLERAULT - footeo

Article La Biscotte du 31/03/15 : 3 questions à Luis DA SILVA

31 mars 2015 - 21:54

La Biscotte interroge Luis DA SILVA sur les résultats actuels de l'ASPC et sur la fin de saison à venir. Article original au lien suivant : http://la-biscotte.fr/3-questions-a/3-questions-a-luis-da-silva-chatel-portugais/

 

DHR – Les Portugais de Châtellerault sont à la peine en cette année 2015 : les hommes de Luis Da Silva n’ont pas gagné depuis le 20 décembre dernier. Lanterne rouge du championnat, une réaction est attendue dans deux semaines à Périgny, un concurrent direct pour le maintien. En attendant, le technicien répond à nos questions.

 


 

Luis, cette année 2015 est compliquée : pas la moindre victoire en six matches. Que se passe t-il?

C’est un souci offensif, qui nous tient depuis le début de saison maintenant. D’autant qu’on ne parvient jamais à aligner la même équipe. Beaucoup de mes joueurs clés sont indisponibles. Je pense notamment à Boris Chaumont ou encore Eric Pereira, deux joueurs cadres que l’on ne dispose plus. Nous n’avons plus nos buteurs.

Le paradoxe, c’est que vous êtes capables d’accrocher Echiré (2e) le week-end dernier, mais vous ne parvenez pas à battre des équipes de milieu de tableau. On pense notamment à Saintes la semaine dernière (1-0)…

On éprouve de gros  problèmes de réalisme devant le but, on manque de concentration dans le dernier geste. Des que l’on franchit ligne médiane, on ne trouve jamais de solutions. Derrière il n’y a pas de soucis, on a pris autant que buts que le premier du classement, on est solide. Le match face à Saintes illustre bien mes propos, on doit plier rapidement la partie, et au final on s’incline. Il va falloir être plus efficace.

Vous êtes actuellement derniers de la poule. L’ « opération maintien » est-elle toujours envisageable?

J’y crois toujours. Dans deux semaines, nous disputons un match capital dans l’optique du maintien face à Périgny (11e). Cela passe par une victoire si l’on espère se sauver. C’est la dernière petite chance que l’on va avoir. Le fait que nous ne jouions pas ce week-end va faire du bien, on va pouvoir se remobiliser. Les cinq matches qui nous restent vont être décisifs, ce sont des petites finales face à des concurrents directs pour le maintien. Automatiquement, notre survie passera par des succès, aussi bien à domicile qu’à l’extérieur. Avec ce que j’ai vu dimanche dernier face à Echiré, on en est capable.

Commentaires

 COMMUNAUTÉ

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Dirigeant
  • 1 Joueur
  • 1 Supporter